La presse en parle

Dans la région de Yeoung Dong, élèves, élus et viticulteurs ont eu beaucoup de questions pour le représentant beaujolais (Photo DR).

La Corée du Sud est fan du Beaujolais !

Jean-Paul Chemarin, le maire, a été invité il y a quelques jours, par le ministère de l'Économie coréen, à participer à un Forum international pour le développement des régions. A Séoul, le beaujolais est un exemple.

Ils voulaient absolument quelqu'un du Beaujolais. Internet a conduit le ministère de l'Économie sud-coréen jusqu'à Corcelles-en-Beaujolais et son maire, Jean-Paul Chemarin. "Ils cherchaient un village qui porte le nom Beaujolais, explique l'édile, qui n'en revient toujours pas du dépaysement de ce voyage. Notre site Internet les a visiblement interpellés."

Deux Français seulement ont été invités, et le hasard veut que l'eau et le vin soient représentés ! "Je suis parti avec le maire d'Evian, s'amuse Jean-Paul Chemarin. Là-bas, le mot beaujolais est très porteur, ce qui fait vraiment chaud au cœur. Si en France, ce n'est finalement pas très à la mode, il ne faut surtout pas renier nos origines. Le beaujolais est le vin le plus connu au monde avec le champagne, ce n'est pas rien."

Lors de ce forum international, les Coréens étaient particulièrement intéressés par la façon dont le Beaujolais s'occupe de faire la promotion de sa production : "Sur ce point, nous sommes cités en exemple, enchaîne le maire de Corcelles. On m'a posé beaucoup de questions sur nos actions, notre stratégie. L'Interbeaujolais, qui m'avait donné beaucoup de données avant de partir, m'a permis de leur apporter des réponses."

A Séoul, puis dans la région viticole de Yeoung Dong, Jean-Paul Chemarin a présenté le vignoble à travers différentes données et photos : "Les Coréens ont beaucoup apprécié l'authenticité de nos petits villages et de nos caves. Et ils ont été absolument estomaqués par nos différentes manifestations, comme les Sarmentelles ou la Fête des Crus. Ils n'en revenaient pas que des associations et des bénévoles soient aussi actifs en la matière". Au coeur d'une région qui possède 2 200ha de vigne, les vignerons locaux ont eu beaucoup de questions pour le représentant français : "Ils m'ont interrogé sur la promotion de nos vins. Les méthodes de travail et de culture n'ont pas forcément attiré leur attention, puisque ce ne sont pas du tout les mêmes. Leur production est surprenante, ce n'est pas quelque chose que l'on a l'habitude de boire !"

Pour Jean-Paul Chemarin, le beaujolais et ses crus, qui sont méconnus en Corée du Sud, ont une carte à jouer : "1000 hl de beaujolais nouveau sont importés, c'est beaucoup et peu à la fois. Je pense vraiment après ce voyage qu'il y a quelque chose à faire là-bas. J'espère que l'Interbeaujolais en profitera pour mettre l'accent sur ce pays. Je suis invité à y retourner dans les années à venir, je veux bien apporter ma contribution."

Cécile Deplaude
Le Progrès Corcelles-en-Beaujolais - Le 03/12/2010